Bourem-Inaly

décembre 1st, 2014 | Romain Mueller

Categories: There is no tags

Comments: Pas de commentaire

La commune de Bourem-Inaly, située à quelques 50 km au nord de Tombouctou, compte un pourcentage d’environ 80% d’analphabètes. L’association réalise divers projets dans les huit villages qui la peuplent afin de combattre les difficultés liées à la pauvreté et aux conditions socio-économiques défavorables.

Situation générale

À 50 km de la ville de Tombouctou, sur la rive gauche du fleuve Niger, Bourem-Inaly est une petite commune d’environ 13’000 habitants répartis sur 8 villages. Le climat y est de type tropical, avec une saison sèche très longue et très chaude et une saison pluvieuse très courte, le sol sablonneux et argileux qui borde les rives du Niger est très fertile. Pourtant, une grande part de la population qui habitait cette région s’en est allée vers les villes, à la suite de plusieurs années de dure sècheresse : l’absence de pluie a inexorablement conduit à l’abandon des terres cultivables et a provoqué une forte diminution du cheptel. Les ressources dont dépendait la population s’épuisant, bon nombre de travailleurs on été obligés de migrer vers les villes voisines, laissant femmes et enfants seuls à leur sort. L’abandon des infrastructures ainsi que le manque de bras valides à entrainé une forte paupérisation de cette région.

Conscient de la gravité de la situation, les autorités administratives ont initié de petits projets d’irrigation de riz et, conformément à la politique nationale d’éducation au Mali, ont demandé aux parents de prendre en charge la scolarisation des enfants à travers la création d’écoles communautaires. Ces actions ont eu un impact positif sur la population mais ont néanmoins laissé les femmes et les enfants dans le dénuement le plus total. Suite à ce constat et après plusieurs échanges avec les populations locales, parents d’élèves, leaders locaux et associations de femmes, il nous a paru important d’élaborer un projet de développement concernant la scolarisation des enfants et la formation des femmes.

Le projet

L’association réalise, en collaboration avec le maire Monsieur Agissa Touré, divers projets dans les huit villages qui peuplent la commune de Bourem-Inaly. Notre action se présente de la manière suivante :
- Combat contre l’analphabétisme grâce à la création et au soutien d’écoles communautaires.
- Formation et encadrement technique, afin de permettre la création d’activités génératrices de revenu, comme l’exploitation de jardins potagers ou la production de savons et teintureries.
- Promotion de l’organisation communautaire des femmes.

Chacun des huit villages de la commune compte sa propre école de type communautaire, c’est-à-dire dont la prise en charge est faite par la population elle-même. Il est donc crucial d’assurer le suivi de l’enseignement afin que les enfants bénéficient d’une instruction scolaire régulière et de qualité. La construction de quatre cantines scolaires approvisionnées par les produits du maraichage permet aux élèves d’avoir au moins un repas complet par jour.

Afin de permettre aux habitants de Bourem-Inaly d’acquérir une indépendance économique, ce sont 125 femmes qui ont suivi une formation dans la gestion de petites entreprises ainsi que dans l’apprentissage des techniques de la savonnerie et de la teinturerie. D’autre part, dans chaque village, c’est créé une association de femmes avec comme but, la gestion des ressources maraîchères, la gestion de la production des savons et de la teinturerie et enfin l’alphabétisation des adultes qui n’ont pu se rendre à l’école.

Aujourd’hui nous avons 8 potagers d’un hectare chacun dans les villages de Milala, Berregoungou, Djindjina, Katanga, Arnasseye, Bourem-Inaly, Hondoubomo et Hewa. Chaque potager est irrigué grâce à 8 motopompes qui puisent dans le fleuve Niger.

A la fin de l’année 2014, tous les potagers ont été entourés par une barrière métallique, pour les protéger des animaux prédateurs. A la vue du succès du travail de ces 8 villages, ce sont 11 nouveaux villages qui ont rejoint cette dynamique pour former « l’association des villages riverains du fleuve Niger du cercle de Tombouctou », avec entre autres les villages de Toya, Djeigayela, Tassakane et Gaoudell.

D’ici fin 2017, six magasins seront construits pour stocker les produits du maraîchage, avoir un lieux de séchage et une salle de travail pour la savonnerie et la teinturerie.

Galerie d’images du village de Bourem-Inaly :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Galerie d’images du village de Milala :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Galerie d’images du village de Beregoungou :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Galerie d’images du village de Djindjina :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Galerie d’images du village de Katanga :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Galerie d’images du village d’Arnasseye :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Galerie d’images du village de Hondoubomo :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Galerie d’images du village de Hewa :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Galerie d’images du village de Toya :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Galerie d’images du village de Djeigayela :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Galerie d’images du village de Tassakane :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Galerie d’images du village de Gaoudell :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Télécharger la fiche du projet